Les besoins nutritifs de bébé : mode d’emploi de la diversification alimentaire

Les parents doivent déjà penser à la diversification alimentaire du bébé dès l’âge de 6 mois, voire de 4 mois pour certains. C’est une étape très importante de sa vie et il est primordial de l’initier progressivement aux compléments. Voici comment commencer la diversification alimentaire de votre bébé et subvenir à ses besoins nutritifs.

A quel moment débuter ?

Lorsque l’on parle de diversification alimentaire, cette notion est un peu floue et on ne sait pas vraiment ce que cela comporte. La première chose à savoir, c’est qu’il est inutile de vous précipiter.

Il est recommandé de commencer la diversification alimentaire avant 4 mois ni trop vous flâner en dépassant les 6 mois. De plus, il est recommandé d’attendre que l’enfant soit « prêt », prêt au niveau de la déglutition mais aussi prêt pour découvrir de nouvelles saveurs.

Le plus important à savoir c’est que le fait d’introduire de nouveaux aliments peut engendrer des risques d’allergies ainsi que de suralimentation ou de carences, notamment en fer, vitamine D et calcium.

En cas d’antécédents familiaux d’allergies alimentaires, nous vous conseillons d’attendre les 6 mois révolus pour commencer.

Comment diversifier l’alimentation de mon enfant ?

L’importance du lait

Tout d’abord, sachez que votre bébé de 6 mois doit continuer à boire entre 500 ml et 800 ml de lait par jour jusqu’à ses 3 ans que vous allez bien évidemment faire chauffer dans un chauffe-biberon.

Le lait reste en effet l’aliment de base qui lui fournit l’ensemble des nutriments dont il a besoin pour sa croissance et son développement cérébral, à savoir les protéines, lipides, glucides, acides gras essentiels (AGE), vitamines, oligoéléments et les minéraux.

Le matin, vous pouvez ajouter 2 cuillerées à café de céréales infantiles pour introduire le gluten et limiter le risque d’allergie.

Les aliments à privilégier

Il est important de procéder en douceur pour éviter de brusquer le bébé. Commencez par les légumes à goût modéré, tels que les haricots verts, les petits pois, le potiron, la pomme de terre et la carotte, de préférence bio. Il est recommandé de lui faire goûter un aliment à la fois afin de différencier les goûts et identifier plus facilement une éventuelle allergie.

Concernant les fruits qui sont plus goûteux et donc plus simples à accepter, l’idéal serait de les introduire une quinzaine de jours après les légumes. Commencez par la pomme, la poire et la banane et veilliez à ce qu’ils soient bien mûrs.

La viande, le poisson et l’œuf sont des protéines essentielles, voire indispensables, mais vous ne devez les introduire qu’à partir du 7e mois du bébé en purée et en petites quantités.

Les produits laitiers, dont les fromages pasteurisés ou fondus et les yaourts ne sont conseillés qu’à partir de 2 ans. Ils ne doivent en aucun cas remplacer les 500 ml de lait par jour jusqu’à 3 ans.

Et pour la cuisson ?

Bébé ne doit pas consommer de la viande crue, du poisson cru et des œufs crus. Ceux-ci doivent être bien cuits dans de l’eau ou à la vapeur dans un babycook. Inutile de mettre du sel, car le nourrisson a deux fois plus de papilles gustatives que l’adulte.

Vous pouvez cependant ajouter une pointe de matière grasse d’origine végétale, comme de l’huile de colza, d’olive, de tournesol ou de noisette pour un apport en lipides et en oméga 3.